Cadel Evans (BMC Racing Team)

Cadel Evans fait la descente à bloc pour chiper quelques secondes 
© Sirotti

Il aura mis le temps, mais enfin Cadel Evans a trouvé la clé de la réussite l'an passé sur le Tour. Vainqueur un peu terne d'une édition palpitante, l'Australien aborde le Tour 2012 parmi les grands favoris. Alberto Contador et Andy Schleck absents, la voie n'est pas dégagée pour autant. Voilà que les organisateurs ont privilégié les rouleurs sur la 99ème édition du Tour, dont le tracé semble taillé à la perfection pour Bradley Wiggins. La confrontation des deux hommes au Dauphiné a donné le ton. Sur le contre-la-montre de 53,5 kilomètres, Bradley Wiggins a repoussé Evans de 1'43". Et l'Australien, qui a exclusivement misé sur les descentes pour reprendre du temps au Britannique, n'a quasiment rien gommé de son retard en montagne. Il devra être beaucoup plus hardi sur ce terrain-là s'il souhaite mettre en péril Bradley Wiggins et sa garde rapprochée.

• 35 ans, né le 14 février 1977 à Katherine (Australie)

• 1,74 m ; 68 kg
• Professionnel depuis 2001
• Passé dans le Tour : 7 participations (8ème en 2005, 4ème en 2006, 2ème en 2007 avec une étape, 2ème en 2008, 30ème en 2009, 25ème en 2010, 1er en 2011), 2 victoires d'étapes
• Saison 2012 : 1er du Critérium International, 3ème du Critérium du Dauphiné
• La fiche complète de Cadel Evans

Robert Gesink (Rabobank)

Robert Gesink 
© Sirotti

Il s'était fait oublier après son décevant Tour 2011, victime en fin d'année d'un grave accident qui lui a valu une fracture du fémur. A 26 ans, Robert Gesink n'en est pourtant qu'à ses premiers échanges avec la Grande Boucle, sur laquelle on lui pressent un avenir doré. 5ème en 2010, le Hollandais a marqué les esprits en s'adjugeant le Tour de Californie puis en terminant 4ème du Tour de Suisse. Plus que ces places au classement général, c'est sa constance en matière de contre-la-montre qui a séduit. 4ème du chrono californien, 5ème du chrono helvétique, il s'apparente de loin comme le meilleur rouleur dans la caste des grimpeurs. Un avantage indéniable quand on sait que le parcours du Tour 2012 fait la part belle aux épreuves chronométrées mais que les étapes montagneuses offriront de magnifiques terrains d'expression aux escaladeurs.

• 26 ans, né le 31 mai 1986 à Varsseveld (Pays-Bas)

• 1,87 m ; 68 kg
• Professionnel depuis 2006
• Passé dans le Tour : 3 participations (abandon en 2009, 5ème en 2010, 32ème en 2011)
• Saison 2012 : 1er du Tour de Californie, 4ème du Tour de Suisse, 8ème du Tour de Murcie
• La fiche complète de Robert Gesink

Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp)

Ryder Hesjedal dans l'Alpe di Pampeago 
© Sirotti

Difficile de l'imaginer remporter le Tour de France dans la foulée de son Giro victorieux, où personne ne l'attendait au-delà d'un statut d'outsider. Mais impossible non plus de ne pas citer Ryder Hesjedal parmi les douze coureurs susceptibles de peser sur le classement général de cette édition. Personne n'a oublié que c'est sur le Tour, justement, que le Canadien s'était annoncé il y a deux ans, en prenant la 6ème place du général (après éjection d'Alberto Contador). Sa régularité dans tous les domaines est son arme fatale. Et s'il a décidé de doubler Tour d'Italie et Tour de France, c'est à l'évidence pour y jouer un rôle majeur. De là à ramener également le maillot jaune à Paris, n'exagérons pas, même si de l'avis de David Millar, rencontré récemment, ce genre de défi serait tout à fait à la portée d'un coureur aussi atypique qu'Hesjedal.

• 31 ans, né le 9 décembre 1980 à Victoria (Canada)

• 1,88 m ; 72 kg
• Professionnel depuis 2002
• Passé dans le Tour : 4 participations (47ème en 2008, 49ème en 2009, 6ème en 2010, 17ème en 2011)
• Saison 2012 : 1er du Tour d'Italie, 9ème de Liège-Bastogne-Liège
• La fiche complète de Ryder Hesjedal

Levi Leipheimer (Omega Pharma-Quick Step)

Levi Leipheimer 
© Sirotti

Sa séparation avec Johan Bruyneel après cinq années de collaboration lui a fait grand bien. Dès le début de la saison, Levi Leipheimer a tenu en échec Alberto Contador dans les montagnes argentines du Tour de San Luis. A 38 ans, le Californien n'a pas perdu l'espoir d'accrocher le Tour de France à son palmarès, même si son accession sur le podium de l'épreuve date déjà d'il y a cinq ans. Victime d'une fracture du tibia le 1er avril après avoir été fauché par un automobiliste, Leipheimer aborde le Tour avec la fraîcheur nécessaire et des performances à la hauteur d'un favori de la Grande Boucle. Il s'est classé 6ème du Tour de Californie tout juste remis de sa blessure et vient de conclure le Tour de Suisse sur la 3ème marche du podium. Reste qu'un défaut lui colle à la peau : l'Américain n'est pas un attaquant, et c'est ce qui risque de pécher le plus.

• 38 ans, né le 24 octobre 1973 à Billings (Etats-Unis)

• 1,71 m ; 60 kg
• Professionnel depuis 1998
• Passé dans le Tour : 9 participations (8ème en 2002, abandon en 2003, 9ème en 2004, 6ème en 2005, 13ème en 2006, 3ème en 2007, abandon en 2009, 12ème en 2010, 31ème en 2011), 1 victoire d'étape
• Saison 2012 : 1er du Tour de San Luis, 3ème du Tour de Suisse, 6ème du Tour de Californie
• La fiche complète de Levi Leipheimer

Denis Menchov (Team Katusha)

Denis Menchov est tranquille à quelques minutes du départ 
© Vélo 101

Avec Alberto Contador, Denis Menchov est le coureur le plus expérimenté en matière de Grands Tours. Vainqueur de la Vuelta en 2005 et 2007 et du Giro en 2009, le Russe a toujours buté sur le maillot jaune du Tour de France. 3ème en 2008, 2ème en 2010, il espère que la logique mathématique le fasse vainqueur en 2012. Privé d'une participation l'an passé en raison de la non-invitation de son équipe Geox-TMC, Denis Menchov a rejoint pour la première fois la grande équipe russe qu'est Katusha. Et ses ambitions restent les mêmes : gagner le Tour. Son habileté dans le contre-la-montre, dont il portera samedi, et pour la première fois de sa carrière, les couleurs de champion de Russie de la spécialité, en font un sérieux outsider. A défaut de résultats saisissants cette saison, il semble que le coureur de 34 ans ait bien préparé son affaire.

• 34 ans, né le 25 janvier 1978 à Orel (Russie)

• 1,78 m ; 65 kg
• Professionnel depuis 2000
• Passé dans le Tour : 10 participations (47ème en 2001, 93ème en 2002, 11ème en 2003, abandon en 2004, 85ème en 2005, 5ème en 2006, abandon en 2007, 3ème en 2008, 51ème en 2009, 2ème en 2010), 1 victoire d'étape
• Saison 2012 : 4ème de la Ruta del Sol, 11ème du Tour de Catalogne
• La fiche complète de Denis Menchov

Vincenzo Nibali (Liquigas-Cannondale)

Dans la neige, Vincenzo Nibali fait la différence sur le groupe des favoris 
© Sirotti

Depuis qu'il a acquis une autre dimension en s'adjugeant le Tour d'Espagne fin 2010, Vincenzo Nibali est pris très au sérieux et ses choix respectés scrupuleusement. L'an passé, c'est sur le Giro que le Sicilien avait jeté son dévolu. Il a terminé 2ème de l'épreuve derrière Michele Scarponi, une fois Contador rayé de la liste. Après deux années de maturation, Nibali a donc choisi de revenir sur la course où il s'était annoncé en 2009 : le Tour de France. Le grimpeur italien de 27 ans a axé la seconde partie de sa saison autour de cet événement. Et quand il prépare un rendez-vous, il répond toujours présent, en attestent ses superbes performances printanières : vainqueur de Tirreno-Adriatico, 2ème de Liège-Bastogne-Liège et 3ème de Milan-San Remo. Le panache qui l'anime pourrait faire de Vincenzo Nibali un élément-clé de ce Tour.

• 27 ans, né le 14 novembre 1984 à Messine (Italie)

• 1,80 m ; 63 kg
• Professionnel depuis 2005
• Passé dans le Tour : 2 participations (20ème en 2008, 7ème en 2009)
• Saison 2012 : 1er de Tirreno-Adriatico, 2ème de Liège-Bastogne-Liège, 2ème du Tour d'Oman, 3ème de Milan-San Remo, 5ème du Tour de San Luis, 8ème de la Flèche Wallonne
• La fiche complète de Vincenzo Nibali

 

Samuel Sanchez (Euskaltel-Euskadi)

 

Samuel Sanchez 
© Sirotti

Samuel Sanchez, c'est un peu le dindon de la farce dans l'affaire Alberto Contador qui a duré jusqu'au début de la présente année. Lui qui court après le podium du Tour de France depuis quatre ans au moins s'est vu attribuer la 3ème place après disqualification de son compatriote. Sur le papier seulement car il lui manque évidemment la saveur d'une émotion unique au monde sur les Champs-Elysées. Serait-ce pour cette année ? A priori non. Bien que rouleur respectable, le parcours semble desservir le grimpeur basque. A tel point que le lauréat en titre du maillot à pois de meilleur grimpeur a renoncé à avancer un objectif précis. Néanmoins on devrait à nouveau retrouver Samuel Sanchez parmi les dix meilleurs coureurs du peloton à quelques semaines de la remise en jeu de son titre olympique sur le circuit de Londres.

 

• 34 ans, né le 33 avril 1978 à Oviedo (Espagne)
• 1,75 m ; 65 kg
• Professionnel depuis 2000
• Passé dans le Tour : 5 participations (abandon en 2002 et 2003, 6ème en 2008, 3ème en 2010, 5ème en 2011), 1 victoire d'étape
• Saison 2012 : 1er du Tour du Pays Basque, 2ème du Tour de Catalogne, 6ème du Tour de Murcie, 7ème de l'Amstel Gold Race, 7ème de Liège-Bastogne-Liège
• La fiche complète de Samuel Sanchez

Michele Scarponi (Lampre-ISD)

 

Michele Scarponi sort du sillage de Damiano Cunego, Paolo Tiralongo ne lâche pas sa roue 
© Sirotti

Allez savoir ce qui est passé dans sa tête. Michele Scarponi, qui avait pris l'habitude de couper après le Giro, sur lequel il est devenu un incontournable animateur depuis 2009, vainqueur sur tapis vert en 2011 et 4ème il y a un mois, a décidé de s'aligner au départ du Tour de France. Cela n'était arrivé qu'une fois par le passé, il y a huit ans déjà. A l'époque, le grimpeur courait chez Domina Vacanze en compagnie de Mario Cipollini et de Filippo Simeoni, à qui Lance Armstrong menait alors la vie dure. Sans référence particulière sur le Tour, Michele Scarponi s'est dit qu'à 32 ans il était sans doute temps de revenir goûter à la grande épreuve de l'été. Reste à savoir précisément ce que sera capable de réaliser l'Italien cinq semaines après le Giro. A vrai dire, à part un coup ou deux en montagne, on n'attend pas grand-chose de sa part au classement général.

 

• 32 ans, né le 25 septembre 1979 à Jesi (Italie)
• 1,74 m ; 62 kg
• Professionnel depuis 2002
• Passé dans le Tour : 1 participation (32ème en 2004)
• Saison 2012 : 4ème du Tour d'Italie, 6ème du Tour des Apennins, 7ème de Tirreno-Adriatico, 8ème du Tour du Pays Basque, 8ème de Liège-Bastogne-Liège
• La fiche complète de Michele Scarponi

Frank Schleck (RadioShack-Nissan)

 

Frank Schleck tord le cou aux critiques 
© Sirotti

Ces dernières années, Frank Schleck a beaucoup couru dans l'ombre de son frère cadet Andy. Par confort peut-être, l'aîné de la fratrie a parfois semblé manquer d'ambition. Or voilà que la déchéance d'Andy, depuis leur arrivée sous la houlette de Johan Bruyneel l'hiver dernier, a créé le déclic. Le manager belge s'est mis entre les deux Schleck et les a séparés. Il a envoyé Frank courir le Giro puis le Tour de Suisse pendant qu'Andy courait après la forme et s'effondrait au propre comme au figuré au Dauphiné. Et quand cette stratégie a eu raison du plus fragile des deux, elle a ragaillardi l'aîné. A la sortie d'un Giro qu'il a quitté après deux semaines de course, Frank Schleck a cumulé les bons points : 3ème du Tour de Luxembourg, 2ème du Tour de Suisse. Privilégiant l'attaque à la défense, le Luxembourgeois risque d'être difficile à tenir en montagne.

 

• 32 ans, né le 15 avril 1980 à Luxembourg (Luxembourg)
• 1,86 m ; 67 kg
• Professionnel depuis 2000
• Passé dans le Tour : 6 participations (10ème en 2006, 17ème en 2007, 5ème en 2008, 5ème en 2009, abandon en 2010, 3ème en 2011), 2 victoires d'étapes
• Saison 2012 : 2ème du Tour de Suisse, 3ème du Tour de Luxembourg, 7ème de la Ruta del Sol, 12ème de l'Amstel Gold Race
• La fiche complète de Frank Schleck

Alejandro Valverde (Movistar Team)

 

Alejandro Valverde 
© Sirotti

Il a déjà pesé au classement général du Tour de France, déjà porté le maillot jaune, déjà conquis des étapes. A 32 ans, Alejandro Valverde fait son retour sur le Tour, lui qui n'a plus disputé de course par étapes de trois semaines depuis trois ans et sa victoire finale dans le Tour d'Espagne. Après ce titre, c'est le trou noir : deux années de suspension qui ont pris fin cette saison. Dès son retour, celui que l'on annonçait plus fort qu'avant encore n'a pas tardé à confirmer son potentiel resté intact. 2ème du Tour Down Under, 1er de la Ruta del Sol, il a terminé Paris-Nice sur le podium. Mais à la différence de ses grandes années, ce n'est pas allé beaucoup plus loin. Depuis, Alejandro Valverde s'attache surtout à se préparer pour le Tour de France. Il s'est rappelé au bon souvenir des observateurs au Tour de Suisse, 9ème, et sera à surveiller dès samedi.

 

• 32 ans, né le 25 avril 1980 à Murcie (Espagne)
• 1,78 m ; 62 kg
• Professionnel depuis 2002
• Passé dans le Tour : 4 participations (abandon en 2005 et 2006, 6ème en 2007, 8ème en 2008), 3 victoires d'étapes
• Saison 2012 : 1er de la Ruta del Sol, 2ème du Tour Down Under, 3ème de Paris-Nice, 9ème du Tour de Suisse
• La fiche complète d'Alejandro Valverde

Jurgen Van Den Broeck (Lotto-Belisol)

 

Rigoberto Uran et Jurgen Van Den Broeck tentent leur chance sans succès 
© Sportimagen.com

Il ne fait pas beaucoup parler de lui mais Jurgen Van Den Broeck est là et il arrive en pleine forme alors que s'élancera le Tour de France après-demain de Belgique. Le Flamand a une revanche à prendre. L'année passée, il avait été sérieusement blessé dans le Cantal, victime de la même chute qu'Alexandre Vinokourov. Son Tour de France, lui qui espérait confirmer la 5ème place finale obtenue un an plus tôt, s'était arrêté là. Très bon grimpeur capable de saisir les bonnes opportunités, mais aussi très régulier dans les contre-la-montre, Jurgen Van Den Broeck compte bien tordre le cou au destin à partir de samedi. Après un printemps remarqué, il vient de conclure le Critérium du Dauphiné au 5ème rang du classement général, s'accrochant aux roues des meilleurs en montagne. On peut être sûr qu'il sera là aussi dans les Alpes et les Pyrénées.

 

• 29 ans, né le 1er février 1983 à Morkhoven (Belgique)
• 1,85 m ; 73 kg
• Professionnel depuis 2004
• Passé dans le Tour : 3 participations (14ème en 2009, 5ème en 2010, abandon en 2011)
• Saison 2012 : 3ème du Tour de Catalogne, 4ème du Tour d'Algarve, 5ème du Critérium du Dauphiné, 10ème de la Flèche Wallonne, 12ème du Tour du Pays Basque
• La fiche complète de Jurgen Van Den Broeck

Bradley Wiggins (Team Sky)

 

Bradley Wiggins se met sur orbite dans la perspective du Tour 
© Sirotti

C'est le super favori de cette édition 2012 du Tour de France. Avantagé par les 101,4 kilomètres de contre-la-montre, lui qui est en train de s'affirmer cette saison comme le meilleur rouleur du monde, Bradley Wiggins a gagné trois des quatre courses par étapes auxquelles il a participé dans le cadre d'un programme intense mais allégé en jours de course. Invaincu sur Paris-Nice, au Tour de Romandie et au Critérium du Dauphiné, il devrait pouvoir profiter de ses qualités exceptionnelles contre le chronomètre pour mettre de l'air entre lui et ses adversaires. En montagne, où il lui faut être emmené à un rythme régulier, sa solide formation Sky fera le reste. A moins d'un accident comme celui qui lui avait coûté une belle occasion l'an dernier ou d'une défaillance en montagne, on voit mal qui pourra opposer une résistance efficace à l'Anglais de 32 ans.

 

• 32 ans, né le 28 avril 1980 à Gand (Belgique)
• 1,90 m ; 72 kg
• Professionnel depuis 2001
• Passé dans le Tour : 5 participations (123ème en 2006, Abandon en 2007, 4ème en 2009, 24ème en 2010, abandon en 2011)
• Saison 2012 : 1er de Paris-Nice, 1er du Tour de Romandie, 1er du Critérium du Dauphiné, 3ème du Tour d'Algarve
• La fiche complète de Bradley Wiggins

 

Retour à l'accueil